Allergies aux vaccins Covid, tempête dans un verre d'eau ?

6 juin 2022 - 7 minutes de lecture

Cover Image

Revenir sur les allergies aux vaccins Covid

Plus d’un an après notre précédent article critiquant l’emballement médiatico-réglementaire et peu scientifique contre les allergies aux vaccins Covid-19, revenons maintenant sur les faits.

Vous vous souvenez certainement que le lendemain du début de la campagne vaccinale en Angleterre, deux infirmières souffrant de certaines allergies, ont réagi à leur première injection du vaccin Pfizer/BioNTech. De l’adrénaline leur a été injectée, elles ont récupéré rapidement, sans séquelle [1]. Prises de panique, les agences de santé interdisaient alors ce vaccin « chez les allergiques » et incriminaient le polyéthylène glycol (PEG). Ce faisant, elles excluaient un tiers de la population de cette vaccination, rendant tout espoir de protection collective voué à l'échec, avant même de commencer. De nombreuses sociétés savantes dans le monde ont appuyé ces dires.

Émue, la collectivité des allergologues français a immédiatement édité des recommandations [2], appelant au bon sens et aux connaissances passées acquises d’allergie aux composés des vaccins [3], [4]. La Fédération Française d’Allergologie a précisé que les antécédents d’allergie ou d’anaphylaxie ne constituent en aucun cas une contre-indication systématique à cette vaccination et a fourni des guides pour trier et tester les patients. Les grands centres ont dû ainsi gérer plus de 1000 cas chacun. Les allergologues de terrain ont également filtré et exploré les cas et participé à la formation des centres de vaccination.

Les essais cliniques ayant permis l’enregistrement des premiers vaccins ont exclu les personnes ayant des antécédents d'allergies à un vaccin, mais pas les personnes ayant déjà eu des réactions allergiques à des aliments ou à des médicaments, même si elles étaient probablement sous représentées. Ont été ensuite successivement publiées dans les revues médicales, des séries de cas de réactions immédiates et retardées, tout d’abord sans exploration puis avec exploration allergologique et enfin des cas de revaccination malgré une allergie démontrée.

Pour aller à l’essentiel, nous savons maintenant que tous les allergiques peuvent être vaccinés, à l’exception des cas démontrés d’allergie à un des composants du vaccin, et encore, car dans ces cas une vaccination fractionnée ou une désensibilisation sont possibles. Le polyéthylène glycol est exceptionnellement responsable (moins de 10 cas mondiaux documentés). Pour exemple, la méta-analyse de 22 études de Derek Chu [5]. Y sont décrits 1366 patients avec une réaction immédiate à la 1ère injection de ce vaccin qui sont revaccinés : 6 réagissent par anaphylaxie, 232 ont des symptômes légers, 1360 rien du tout. Parmi les 78 réactions jugées initialement sévères, 4 ont eu une réaction sévère, 15 des symptômes légers et 59 rien. Aucun décès, aucune séquelle. Même si aucune exploration n’est décrite ici, on comprend bien que l’histoire clinique n’est pas spécifique d’allergie, comme toujours en allergologie médicamenteuse. Ainsi, comme le rappelait la Haute Autorité de Santé en 2018 à propos des vaccins en général : « Le bilan allergologique permet d’identifier les patients présentant un risque réel de développer une réaction anaphylactique en cas de nouvelle exposition. La revaccination dépendra alors de ce bilan allergologique. » [4].

Apprécier le poids de l’intelligence collective

Mais en attendant ces publications il fallait agir et les allergologues se sont tournés pour cela vers leur réseau d’échanges privilégié : AdviceMedica.

La plateforme AdviceMedica fournit une solution de communication asynchrone en réseaux permettant à des médecins d’échanger sur les cas complexes qu’ils rencontrent. Un algorithme de fouille analysant le langage naturel commence par rechercher dans la base de cas résolus ce qui se rapproche le plus du cas proposé. Ensuite, il est envoyé au réseau et les médecins apportent des éléments de réponse, fruits de leur expérience et de leurs connaissances, mettant ainsi en jeu toute la puissance de l'intelligence collective.

AdviceMedica a permis pour chaque cas décrit, de donner des solutions personnalisées, de diffuser les recommandations en cours, de les ajuster au cas par cas selon l’expérience des uns et des autres, et de conclure qu’il n’y a finalement pas de contrindication allergologique à la vaccination vis à vis de la covid-19 en général. Plus de 220 cas y sont parfaitement documentés. Une enquête de pratique sur cette plateforme a permis de confirmer son rôle majeur dans la solution de cette crise.


Encadré 1 : Résultats de l'enquête nationale de pratique sur les modalités de gestion des avis :
•    Enquête auprès des allergologues via la plateforme AdviceMedica (1 envoi et 2 relances entre juillet et octobre 2021)
•    54 réponses, de toutes les régions de France
•    Sollicitations majoritairement reçues par téléphone (96.3%) et email (79.6%), provenant de médecins généralistes (92.6%) et des médecins des centres de vaccination (88.8%)
•    Nombre d'avis donnés par semaine : en moyenne 22.5 (de 2 à 300)
•    85.2 % le faisaient en présentiel, 51.8% en téléconsultation
•    Bilan PEG (70.3%), autres vaccins et médicaments (53.7%)
•    53.7% vaccinent dans la foulée
•    Outils de gestion utilisé : échanges sur la plateforme AdviceMedica (40%), avis CHU (22%), recommandations de sociétés savantes (17%)
•    Difficultés rencontrées : rajouter des patients dans des délais corrects (75%), inquiétude des médecins des centres de vaccination (66%), recommandations ne couvrant pas une grande partie des situations rencontrées sur le terrain (33%)

En conclusion

L’introduction d’un nouveau vaccin est souvent source de défiance du public, défiance amplifiée par des cas mal documentés, les fausses rumeurs, l’internet et les emballements médiatiques délétères. Une fois de plus dans cette crise, la cohésion entre professionnels de santé a permis une gestion efficace de cette vaccination et la protection de la population générale, notamment des allergiques qui en composent plus du tiers.

Rejoignez AdviceMedica, venez profiter de l’expertise de vos collègues et faites les bénéficier de la vôtre.

  1. Castells MC, Phillips EJ. Maintaining Safety with SARS-CoV-2 Vaccines. N Engl J Med. 2021; 384: 643-649. doi: 10.1056/NEJMra2035343.
  2. https://sfa.lesallergies.fr/vaccination-contre-la-covid-19-et-antecedents-allergiques/; consulté le 6 juin 2022.
  3. Dreskin SC, Halsey NA, Kelso JM, et al. International Consensus (ICON): allergic reactions to vaccines. World Allergy Organ J. 2016; 9:32. DOI: 10.1186/s40413-016-0120-5
  4. https://professionnels.vaccination-info-service.fr/Aspects-pratiques/Allergies-et-autres-contre-indications/Personnes-allergiques; consulté le 6 juin 2022.
  5. Chu DK, Abrams EM, Golden DBK, et al. Risk of second allergic reaction to SARS-CoV-2 vaccines: A systematic review and meta-analysis. JAMA Intern Med. 2022; 182: 376-385. DOI: 10.1001/jamainternmed.2021.8515

Vignette auteur

Pascal Demoly

Coordinateur scientifique pour AdviceMedica.
Docteur en médecine, professeur de pneumologie, allergologue et chef de département au CHU de Montpellier.